accueil des pages personnelles


Cette partie du site intitulée "Sous ma peau" contient des textes, essais, créations littéraires et ludiques de l'administrateur du site et animateur d'ateliers d'écriture, Stéphane Lapeyre.

[ on y trouve aussi quelques tentatives pseudobiographiques ]

Sous l'angle schizoïde banal et ludique, S. L. peut être aisément décliné en un tryptique fumeux, fantasque, celui de ses pseudonymes.

Chacune des brèves biographies qui suivent est sensée avoir été élaborée, selon un schéma-type, en binôme par les autres membres  d'un collectif tricéphale inventé pour l'occasion (membres que l'on pourra considérer comme autant d'aspects de la personnalité S. L.) ; le pseudo intéressé, exclu de droit de regard, n'a rien pu modifier.

   Paul K. Niemand

mère praguoise ; taquine le second tiers de siècle ;
passé obscur en ex-R.D.A. (instituteur, nous dit-on) ;
bonnes bases en linguistique ;
trouble certain du comportement : paranoïaque, a tendance à fleureter avec la schizophrénie aiguë ;

apprécie le silence et la solitude sous toutes ses formes ; admire "Kafka pour son courage, Homère pour sa cécité, Shakespeare pour son hydritude (sic), Borges pour son onirisme" (et Flaubert pour l'hémorragie cérébrale) ;

déteste par-dessus tout se faire remarquer (ou être observé), tend à disparaître de toute manifestation sociale ;
sans emploi véritable (prospecte peu), anime quelques ateliers d'écriture (au noir), "chambre de torture sociale" pour tenter de provoquer des permutations du langage et de la personnalité ;
sans aucun doute le plus productif (en quantité) des trois auteurs du collectif ;
attiré par l'automutilation (à l'état de fantasmes) et les expériences intérieures totales ;
invisible, sociopathe

   Stanislas Lemmel    Stan

trentenaire, d'origine polonaise par son père, apprécie la saveur des thés exotiques et les "littératures de l'imaginaire" (comprenez : la science-fiction, le fantastique, la fantasy et leur dérivés / hybridations) ;
fasciné par l'urbanisme et la cartographie (aucun talent) ;
amateur de jeux de rôle depuis une dizaine d'années, il n'arrive pas à se réaliser au sein d'un groupe fixe et erre, de tables de jeu en ludothèques, à la recherche d'une utopie langagière ;
auteur de plusieurs dizaines de nouvelles (dont sept à ce jour ont été publiées dans deux revues littéraires et un fanzine), passe la moitié de son temps de vie à gérer un centre de documentation ;
souffre d'une dégénérescence physique (hanche du ressaut ou "syndrome de Jacob") , "pourriture qui ronge chair et os" ;
fréquemment possédé par d'étranges hallucinations (sans aucune prise de substance susceptible de réorienter son champ sensoriel) ;
veut faire partager (ce qui est sensiblement différent de "veut partager") ;
discret, aigri par sa maladie


   Heylel Theomin Thoyaba'th    Lel

quart de siècle et plus ; séfarade ET Turc ; se prétend "magicien" [d'où le "Theomin"] ;
ex-étudiant en lettres modernes (Pynchon, Burroughs, dada, Breton ; Barthes, Blanchot...), vit de ses "affaires" ; est l'handicapé mental du groupe ;
apprécie le détournement, la subversion ET le structuralisme (...) ;
teigneux et excessif en tous points, fier de son rejet de la société, adepte de street box-fighting, cultiste de l'extase via drugs & more, tend à se complaire dans la médiocrité musicale contemporaine (rap, punk, HxC, tekno, "tout ce qui pulse" ) ;
un des atouts pour lesquels on aura bien voulu l'intégrer à l'équipe de recherche est sa capacité à saisir formidablement vite les textes sur ordinateur (sans faute ou presque). Webmaster de première (tout est relatif), il gère la mise en page et la publication du site sur internet ;
rebelle, bon vivant, excessif

et puis nous avons bien ri...